Les Plantes des femmes. Actes du colloque 2006 de Salagon

Publication des Actes d’un séminaire sur le thème “Les plantes des femmes” proposé par le Musée de Salagon. Ce séminaire a eu lieu en 2006. C’est à Dire éditions en propose les actes. Voici un avant goût…

Les Plantes des femmes
Actes du colloque 2006 de Salagon
Pierre Lieutaghi & Danielle Musset (sous la dir.)
C’EST-À-DIRE ÉDITIONS,

avec les contributions de : Valérie Bonet, Ana-Maria Carvalho, Capucine Crosnier, Jean-Yves Durand, Claire Laurant, Marie-Dominique Leclerc, Pascal Luccioni et Françoise-Valérie Morel.

Dans nos sociétés rurales traditionnelles, les travaux de la terre, labours, culture des céréales et de la vigne, élevage et conduite des grands animaux, sont des attributions masculines aussi exclusives que la chasse. À la femme reviennent une multitude de tâches regardées comme secondaires,  souvent en rapport avec les plantes.
L’expression «plantes des femmes» peut s’entendre de plusieurs façons. Elle concerne d’abord le domaine gynécologique, ce que les femmes se transmettent d’une génération à l’autre et mettent en oeuvre pour tout ce
qui concerne leur corps dans ses fonctions et ses maux. En haute Provence, c’est dans cette acception qu’on disait «plantes des femmes» à la fin du siècle dernier.
Les connaissances, ici en jeu, qui intéressent un nombre important de végétaux ont une remarquable permanence dans les siècles : la tradition orale en perpétue encore qui étaient déjà consignées dans l’Antiquité.
À l’héritage plus ou moins remanié des générations anciennes, les «plantes des femmes» voient s’ajouter, au début du 21e siècle, beaucoup de nouveaux modes d’usages, de partages, de transmissions, de représentations…
On s’est trop peu intéressé à ce contemporain en pleine métamorphose, où il apparaît que la prééminence de l’urbain dans nos sociétés est loin d’entraver l’évolution et l’enrichissement de la relation au végétal, et plus généralement à la nature.
Les manques d’un séminaire, qui souhaitait ne pas s’en tenir à un «traditionnel» très dépendant du passé, sont autant d’invites à considérer le présent des rencontres avec le végétal, où il se pourrait bien que la part féminine ait de plus en plus à voir avec le devenir même du Monde.

Sommaire
Pierre Lieutaghi. Les « plantes des femmes » : une alliance salvatrice et redoutable
Capucine Crosnier. Maux et remèdes de femmes à travers les âges du corps
Pascal Luccioni. Calypso à la pharmacie
Valérie Bonet. Plantes contraceptives et abortives dans les textes médicaux latins
Marie-Dominique Leclerc. Plantes et femmes dans la Bibliothèque bleue : transmission d’une tradition ou popularisation d’un savoir ?
Ana-Maria Carvalho. Racines anciennes et nouvelles pousses des plantes des femmes en Trás-os-Montes (Portugal)
Françoise Valérie Morel. Connaissances des plantes et répartition sexuelle des tâches à Scanno (Abruzzes, Italie)
Claire Laurant. L’intégration des plantes européennes à la pharmacopée des sages-femmes mexicaines et équatoriennes : un exemple de construction dynamique du savoir.
Jean-Yves Durand. Infusions, broderies, ethnobotanique : les plantes des femmes aujourd’hui ?

Ce livre vous tente ? Deux possibilités pour l’acheter :

par correspondance ou sur place à la librairie/boutique de Salagon (bon de commande à télécharger)

ou chez l’éditeur C’est à dire éditions

par Florence

Écrit par Florence le 5 juillet 2010

Laisser un commentaire



Qui suis-je ?

Webmaster à l’Agence de Développement des Alpes de Haute Provence, j’ai par ailleurs une passion pour les livres et l’écriture.

Lectrice et amoureuse des Alpes de Haute Provence, j’anime ce blog sur les écrivains, les livres et l’écriture, pour faire découvrir ce beau département autrement

Loin d’être un blog littéraire, je partage simplement mes lectures d’écrivains du département tels que Jean Giono, Pierre Magnan, René Frégni, Alexandra David Neel, Maria Borrely… et vous présente de nouveaux auteurs.

Je vous invite aussi à découvrir ce département qui inspire tant d’écrivains !

Fan de Maria Borrely, des descriptions de Jean Giono, de Jean Proal… et toujours à l’affût de nouvelles écritures !

N’hésitez pas à donner vos avis et à partager vos lectures d’écrivains bas alpins !

Florence

Suivez-moi aussi sur Twitter : https://twitter.com/litterature04

Archives