Pensées pour Pierre Magnan

Nos pensées vont vers Pierre Magnan qui savait si bien parler de notre beau département des Alpes de Haute-Provence et qui nous a fait vivre des moments de suspense intenses par le biais du commissaire Laviolette.

Pierre Magnan est décédé samedi 28 avril 2012 à l’âge de 89 ans.

Pierre Magnan

Mot(s) clé(s) associé(s):

4 commentaires



  1. PRIGENT BEAU
    1 juin 2012

    Hommage d’une petite-fille d’un berger blieuxois
    J’ai d’abord découvert Giono puis, alors que j’étais adulte, les livres de Pierre Magnan : tous deux m’ont permis de revivre les Basses-Alpes de mon enfance , celle des 3 mois d’été que je passais auprès de mon grand-père, berger à Blieux, berceau de la famille maternelle.

    Enfant, mon grand-père devait se cacher pour lire , tout en gardant les moutons, car les autres gamins se moquaient de “Bélisaire et ses livres ” !
    L’école de la République a permis à mon grand-père de devenir garde-forestier – malgré les coups de règles sur les doigts lorsqu’il parlait provençal – et 2 générations plus tard, à moi-même, l’une de ses petites-filles, amoureuse des livres comme lui, d’être professeur de français: Laure du bout du monde m’est allé droit au coeur .
    Je suis fan du commissaire Laviolette, bien sûr,mais Apprenti et L’amant du poivre d’âne sont pour moi des joyaux. Je ne sais combien de fois j’ai offfert ces 3 livres.

    Mais Pierre Magnan, ce n’est pas seulement l’amour et l’incarnation des Basses-Alpes.
    Magnan, c’est aussi la richesse du vocabulaire – je ne sais combien de mots j’ai dû aller chercher dans le dictionnaire en lisant l’Apprenti – , c’est la précision de la langue , c’est la grace du style.

    Etre écrivain de talent, c’est l’assurance de ne mourir jamais. Pierre Magnan, comme le Petit prince , a dû laisser son enveloppe corporelle ici-bas. Mais tout le reste est en nous, pour toujours.

    Et maintenant que j’ai gagné le droit de jouir du temps choisi, celui que permet la retraite, je vais pouvoir déguster à nouveau tous ses chefs-d’oeuvres .

    Martine Prigent Beau


  2. 5 juin 2012

    Merci beaucoup Mme Prigent Beau pour ce bel et émouvant témoignage personnel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *