La Paroi de Pierre Moustiers

La Paroi de Pierre Moustiers

La Paroi de Pierre Moustiers est paru en 1969 chez Gallimard. Il reçoit pour ce roman le Grand Prix de Littérature sportive et le Grand prix de l’Académie Française la même année.

Ce roman a été adapté pour la télévision par Jean-Paul Le Chanois en 1973 avec dans les rôles principaux Michel Vitold et Pierre Brice.

Deux personnages qui se détestent se retrouvent bien malgré eux à devoir évoluer ensemble dans une périlleuse ascension. La montagne est une passion pour les deux hommes. Mais entre la différence d’âge, le caractère, les convictions, la façon de vivre… ils ne l’abordent pas de la même façon.

On est en montagne, en train d’escalader un sommet mais c’est un huis clos qui se joue. Les personnages avancent autant sur la paroi que dans leurs propres sentiments. Ils buttent sur les difficultés extérieures et intérieures. Ils ont besoin de s’entraider, c’est une question de vie ou de mort. Les dangers de la montagne les obligent à se voir plus justement.

Le roman

On ne sait pas au juste ce qu’Anthime et Philippe sont venus chercher sur cette paroi verglacée. Tout les oppose : l’âge, le caractère, les idées. Au-dessus de quatre mille mètres, la montagne ne tolère ni l’improvisation, ni les partis pris insolites.

Philippe a fort à faire pour convertir Anthime aux méthodes modernes. L’équipement est un sujet constant d’affrontement entre les deux hommes. On se demande pourquoi Philippe a tant de patience à son égard. La fatigue, le froid, la faim, le danger permanent sont peut-être des motifs et des preuves d’existence.

N’est-ce pas un même mépris qui anime ces deux êtres : celui de la facilité?
Ils apprennent à mieux se connaitre et finalement à s’apprécier.

L’auteur Pierre Moustiers

Pierre Moustiers est le nom de plume de Pierre Rossi. Il est né le 13 août 1924 à La Seyne-sur-Mer (Var) et mort le 6 juin 2016. Sa famille était originaire de Seyne-les-Alpes.

Il partagea son existence entre Toulon, Paris et Maurin en Haute Ubaye, dans les Alpes de Haute Provence, où il pratiquait notamment son sport favori l’alpinisme.

Licencié en droit, il travailla dans divers domaines, puis, vécu de sa plume à partir de 1970. Romancier, auteur dramatique, scénariste pour la télévision, il est ainsi l’un des grands écrivains contemporains.

Il a adapté plusieurs de ces romans pour la télévision, notamment La Mort du pantin, un de ses plus grands succès littéraires. Il fut aussi critique littéraire à Nice-Matin.

Auteur d’une trentaine d’ouvrages, il a obtenu de nombreux prix littéraires, dont le Grand Prix du roman de l’Académie française en 1969 pour La Paroi, le grand prix d’histoire Chateaubriand en 1997 pour À l’abri du monde et le prix du Roman historique en 2003 pour Le Dernier Mot d’un roi, le Prix Maison de la Presse, le Prix des librairies, le Prix de la “Targa Jean Giono” Italie, pour l’ensemble de son œuvre…

Ses scénarii pour la télévision ont également obtenu des récompenses.

Il a publié sous son nom propre Pierre Rossi et sous son nom de plume Pierre Moustiers.

Pour aller plus loin

Le site internet de Pierre Moustiers est toujours actif, vous y découvrirez de nombreux renseignements.

www.pierremoustiers.com

 

 

Écrit par Florence le 22 octobre 2019

Laisser un commentaire



Qui suis-je ?

Webmaster à l’Agence de Développement des Alpes de Haute Provence, j’ai par ailleurs une passion pour les livres et l’écriture.

Lectrice et amoureuse des Alpes de Haute Provence, j’anime ce blog sur les écrivains, les livres et l’écriture, pour faire découvrir ce beau département autrement

Loin d’être un blog littéraire, je partage simplement mes lectures d’écrivains du département tels que Jean Giono, Pierre Magnan, René Frégni, Alexandra David Neel, Maria Borrely… et vous présente de nouveaux auteurs.

Je vous invite aussi à découvrir ce département qui inspire tant d’écrivains !

Fan de Maria Borrely, des descriptions de Jean Giono, de Jean Proal… et toujours à l’affût de nouvelles écritures !

N’hésitez pas à donner vos avis et à partager vos lectures d’écrivains bas alpins !

Florence

Suivez-moi aussi sur Twitter : https://twitter.com/litterature04

Archives