Jean Giono au cinéma

Au mois d’octobre 2012, Giono est dans les programmes des cinémas Le Lido à Manosque et Le Cinématographe à Château-Arnoux, dans le cadre de l’Année Giono 2012.

Voici les séances à Manosque :

  • 13 octobre à 17h30 : Regain, film de Marcel Pagnol d’après le roman de Jean Giono
  • 13 octobre à 20h30 : Angèle, film de Marcel Pagnol d’après le roman de Jean Giono
  • 14 octobre à 14h30 : La Femme du boulanger, film de Pagnol d’après le récit de Giono
  • 14 octobre à  17h30 : Crésus, film de Jean Giono avec Fernandel

4 € la séance – 10 € le pass pour quatre séances
A Manosque – Le Lido
www.cinemovida.com – 04 92 72 00 85

 

Un autre film à Château-Arnoux :

  • 25 octobre à 20h30 : La Nuit d’en face, un film de Raoul Ruiz, où Christian Vadim incarne Jean Giono

Dans son film-testament, le cinéaste chilien Raoul Ruiz, qui avait réalisé, en 2001, une adaptation cinématographique du roman de Giono Les Ames fortes, met en scène Giono sous les traits de Christian Vadim. Giono avait imaginé aller vivre à Antofagasta. Ruiz en a fait une réalité de cinéma.
« Il y a quelques années, raconte le cinéaste, j’ai eu la chance de rencontrer la fille de l’écrivain Jean Giono. Elle me raconta que l’ultra-provincial Giono, à qui un voyage à Paris semblait un saut dans l’inconnu, aimait rêver de voyages extraordinaires à l’autre bout de la terre. Un jour, il annonça ainsi à sa famille qu’il était en train de se préparer pour un voyage sans retour dans une ville nommée Antofagasta, un port situé tout au nord du Chili. Dans ma libre adaptation de deux contes d’Hernan del Solar, l’un des écrivains les plus secrets et les plus surprenants de la littérature chilienne, je fais le postulat que Jean Giono effectua ce voyage réellement. Et qu’il finit sa vie en étant professeur de français à Antofagasta.

Bien sûr, le film se passe dans un monde “imaginiste”, dans lequel le monde réel (dans le film, Giono habite aussi en France et publie des romans) et le monde imaginaire (dans lequel le voyage eut lieu) coïncident, convergent et divergent. Dans le film, j’imagine l’amitié entre le personnage de La Nuit d’en face, un homme sur le point de prendre sa retraite, et Giono. »

Château-Arnoux – Le Cinématographe
www.le-cinematographe.fr

Mot(s) clé(s) associé(s):