J’ai grandi de Christian Garcin

J’ai grandi de Christian Garcin

J’ai grandi de Christian Garcin est un roman autobiographique, dans lequel l’auteur retourne en écriture sur les lieux de son enfance, dans les années 1960. Paru en 2006, dans la Collection L’un et l’autre, chez Gallimard.

Dans ce récit poétique et tout en retenu, Christian Garcin évoque les différents appartements, maisons, écoles, où il a grandi. Ceux de ses parents, oncles et tantes, grands parents, dans les villes de Marseille, Agde et Prads, dans les Alpes de Haute-Provence. Les êtres qu’il a rencontré alors renaissent sous sa plume. Il évoque aussi les lectures qui l’ont accompagnées enfant et adolescent, ainsi que pour la troisième partie du livre, des « instants souvenirs » de sa vie adulte.

Toutes ces évocations sont peut être comme des échos à diverses parties de sa personnalité, que chaque lieu, chaque parent, chaque livre… aurait aidé à faire grandir. Les mots qui composent le titre du livre J’ai grandi, reviennent souvent dans ce texte.

J'ai grandi de Christian GarcinMarseille, lieu de naissance, d’enfance, Agde, origine de ses grands parents maternels, Prads, origine de ses grands parents paternels. Christian Garcin fait le lien entre ces trois lieux, que tout semble opposer, et boucle la boucle, à la fin du livre, comme si il recollait « enfin » les différentes parties de lui.

Ce livre est aussi composé de quelques photos, pour la plupart des photos souvenirs.

Ce récit me semble comme un remerciement aux membres de sa famille, aux lieux, aux êtres rencontrés à différentes époques de son enfance et de sa vie, et en même temps, un héritage pour ses enfants, une mémoire, une trace qu’il laisse sur son (leur) passé.

J’ai beaucoup aimé ce texte, très poétique, très pudique, ainsi que les digressions et leur mise en forme dans le texte.

J’ai grandi de Christian Garcin a reçu le Prix Symboles de France en 2006.

Un extrait de J’ai grandi de Christian Garcin

«Je pourrais évoquer tous les gris que j’aimais et qui ont disparu, aujourd’hui remplacés par d’ineptes couleurs éclatantes, le gris du costume de mon père lorsqu’il rentrait le soir du travail après avoir garé à l’entrée de l’impasse sa Simca
grise
immatriculée 26 CH 13 qui souriait de sa calandre dentée, le très beau gris des soirées d’hiver devant la télé en noir et blanc où un présentateur vêtu de gris succédait au gros ours de la nuit, tous les gris des photos de cette époque, et les différentes nuances
grises
du goudron de l’impasse, au fond de laquelle se tenait notre maison
grise
très vite sombre le soir, avec à l’intérieur une chambre en L obscure et sans fenêtre que j’aimais, c’est là que j’ai grandi.»

L’auteur

Christian Garcin vit près de Marseille où il est né en 1959. Il a publié des romans, des nouvelles, des poèmes, des essais, des fictions biographiques… aux éditions Gallimard, Verdier, Stock…
Quelques unes de ses publications : Selon Vincent (Stock, 2014), Les Nuits de Vladivostok (Stock, 2013), Des femmes disparaissent (Verdier, 2011),   La Piste mongole (Verdier 2009), Du Baïkal au Gobi (carnets de route, L’Escampette 2008), L’Autre monde (essai, Verdier 2007), Vidas (Gallimard 1993)…

Pour aller plus loin

Prads Haute Bléone dans les Alpes de Haute-Provence un des lieux évoqués dans J'ai grandi de Christian Garcin

Prads Haute Bléone dans les Alpes de Haute-Provence, un des lieux évoqués dans J’ai grandi de Christian Garcin

Mot(s) clé(s) associé(s):

Un commentaire

  1. Claire
    5 février 2015

    Merci pour ce bel article. Cela me donne envie de lire le livre de Mr Christian Garcin d’origine Bas Alpine. Prads est un joli petit village qui mérite d’être visité. Vous passerez par là pour vous rendre à l’Estrop.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *